Sauf ici, peut-être : un film de Matthieu Chatellier

A l'occasion de sa projection le 19 octobre à la bibliothèque Oscar Niemeyer, zoom sur le film Sauf ici, peut-être, de Matthieu Chatellier.

Avec Sauf ici, peut-être (2013), Matthieu Chatellier s'invite dans le décor boisé de la Communauté Emmaüs de Caen/Tailleville. Le film partage avec ses réalisations précédentes le même souci de proximité avec ses protagonistes, sans jamais forcer la main ni le trait. Adaptant ainsi leur approche à chaque individu, les portraits se succédent puis se croisent, dans leur diversité de parcours et d'humeurs. Personnages hauts en couleurs, discrets ou quasi mutiques forment cette communauté où chacun retrouve une légitimité au travers d'une activité basée principalement, sur l'entraide et la vie en commun.

 

Symbole de la solidarité et du partage qui régissent les rapports humains retrouvés, l'objet est au centre du récit. Il est recueilli, trié et vendu, bien sûr. Mais il est également celui qui  évoque soudain des souvenirs d'enfance, le parcours d'une vie, un être cher... ou encore celui qu'un Compagnon aura conservé pour meubler son espace intime, et qui le définit ou le raconte quelquefois mieux que des mots.

 

A l'image de ses protagonistes, Sauf ici, peut-être est un film souvent drôle, attachant et lumineux, que nous vous invitons à découvrir le 19 octobre 2017 à 17h30 à la Bibliothèque Oscar Niemeyer (salle d'animation - entrée libre).

 

 

Bande annonce SAUF ICI, PEUT-ÊTRE (But here, maybe)

Sauf ici, peut-être, M. Chatellier, Fr., 2013, 65 min.

 

 

A propos de Matthieu Chatellier 

Réalisateur de films documentaires sélectionnés et primés dans de nombreux festivals internationaux (Cinéma du Réel, Visions du Réel, prix SCAM "Œuvre de l'année"...), Matthieu Chatellier explore l’âme humaine, depuis son premier long métrage, (G)rêve générale, en 2008.

 

Sa caméra excelle à créer une intimité avec les sujets de ses films comme dans Voir ce que devient l'ombre (2010) dans lequel Cécile Reims et Fred Deux, artistes majeurs ayant traversé le XXème siècle, se confient au réalisateur, dans leur environnement et leurs gestes quotidiens, au moment crucial des bilans et des questionnements sur « l’après ».

 

Creusant le même sillon du rapport intime à l'humain, son deuxième film, Doux amer (2011) est la chronique d'un homme se découvrant atteint d'une maladie grave. Son dernier film en date (2016), La mécanique des corps, approche quant à lui la question de l’hybridation des corps en suivant des personnes amputées, dans leur acceptation parfois difficile de leur nouveau membre mécanique.

 

Add new comment

Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
  • FestiVaLeurE 2018 : soirée d'ouverture

    Le FestiVaLeurE 2017 vous invite à sa soirée d'ouverture avec la projection du film Pleure ma fille, tu pisseras moins, de Pauline Horovit

  • Docs en stock

    Chaque mois, un documentaire passionnant sur grand écran ! Prochaine projection : Hier sprach der Preis de WS.

Sunday 17December 2017

M T W T F S S
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31