L’échange des princesses, Chantal Thomas, Seuil

Un roman poignant et cruel sur le destin de deux jeunes filles sacrifiées à la raison d’Etat en 1721… Un coup de cœur de la rentrée littéraire!

Figurez-vous que j’ai failli être princesse. Il y a quelques temps, j’ai vécu une idylle aussi brève que courte avec W., prince d’une petite île pas loin d’ici. Seulement voilà, il a fini par épouser K. certainement sous la pression de son entourage...

J’étais fort dépitée, j’en conviens. Et puis, j’ai lu le livre de Chantal Thomas et là, grosse prise de conscience : être princesse, ce n’est pas toujours un conte de fées. Pour preuve, l’histoire véridique relatée dans L’échange des princesses

A la mort de Louis XIV, Louis XV, son petit-fils appelé à lui succéder, est encore trop jeune et c’est Philippe d’Orléans qui assure la régence. Celui-ci, désireux de placer ses pions habilement sur l’échiquier politique franco-espagnol (les relations avec l’Espagne ne sont alors pas toujours au mieux) propose au roi d’Espagne Philippe V un marché surprenant : marier la très jeune infante Anna Maria Victoria (4 ans) à Louis XV (11 ans).

En échange, il propose sa propre fille Louise Elisabeth d’Orléans (12 ans) en vue d’un mariage avec l’héritier du trône d’Espagne, Don Luis (14 ans).

Voilà nos deux petites princesses, arrachées à leur famille respective (et consentante c’est bien là le drame !), qui prennent la route pour un long voyage angoissant.

L’échange se fait dans le sud-ouest de la France, à la frontière. Et ces deux enfants, après leur famille, perdent les gens qui les accompagnaient et se retrouvent dans un  pays inconnu, avec des gens inconnus, qui parlent dans une langue inconnue, sans rien connaitre de l’avenir qui les attend …

La raison d’état est toujours la meilleure il paraît. Hum, il paraît. Dans le cas présent, la raison d’état se révèle être terrible pour Anna Maria et Louise Elisabeth. Chantal Thomas nous emmène dans un monde impitoyable où l’individu n’est rien, et les femmes encore moins. Le roman, émaillé d’authentiques extraits de lettres envoyées par les protagonistes de cette histoire (lettres exhumées pour la plupart des Archives historiques de Madrid), a suscité chez moi autant d’émotion que de révolte…

Alors, au final, je me dis que K. m’a peut-être évité de sérieux ennuis. Et comme j’ai bon fond (en cherchant bien), je lui souhaite surtout bonne chance !!!

 

Corinne    

Add new comment

Thursday 29October 2020

M T W T F S S
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31