Chut… Chut… Chère Charlotte

Un film de Robert Aldrich, tourné en 1964

Etats-Unis, fin des années 1920. Alors, qu’une réception est donnée dans la propriété de son père, Charlotte fait irruption dans la salle de bal avec la robe couverte de sang … sang qui s’avèrera être celui de son amant qu’on retrouve dans une autre pièce de la maison, sans tête et avec une seule main. Mort, en fait, donc. Autant vous dire que ça jette un froid dans la soirée… (ce n’est pas précisé dans le film, mais cela m’étonnerait fort que les convives aient pris le temps de finir la boîte de Ferrero Rocher).

Nous faisons ensuite un bond dans le temps pour nous retrouver dans les années 60, toujours dans la même maison.  Charlotte vit désormais seule avec une domestique un peu brut de décoffrage. Elle a échappé à la justice grâce à l’influence de son père, mais est désormais soignée pour troubles mentaux. Convaincue que c’est feu son père l’assassin, elle pense que le fantôme de la victime hante la maison…

C’est un thriller psychologique intense, un peu à la Hitchcock  (et moi, je suis une fan d’Alfred). Mais surtout, Bette Davis (Charlotte) est époustouflante dans son rôle de femme seule et complètement perturbée. Olivia de Havilland nous étonne aussi dans le rôle de la cousine venue à la rescousse. Et les plus physionomistes reconnaitront Agnes Moorehead, la belle-mère pénible (ce n’est pas un pléonasme ça ? ;-)) de « ma sorcière bien-aimée » dans un second rôle… A vous de trouver lequel…

CB.

Tags : 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Rentrer les caractères contenus dans l'image.
  • Docs en stock

    Profitez de documentaires passionnants projetés sur grand écran !

  • Ciné Mômes jusqu'à 4 ans

    De la comédie aux documentaires : les bibliothèques vous invitent à des cycles de projections publiques pour tous !

Mardi 16Juillet 2019

l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31