De l’ardeur : Histoire de Razan Zaitouneh avocate syrienne, de Justine Augier

Un portrait qui recompose le puzzle éclaté de la révolution en Syrie, et du "crime permanent" qu’est devenu ce pays. Prix Renaudot de l'essai 2017.

J'ai commencé ce livre à 20h30, un soir. Je l’ai terminé à minuit.

 

Justine Augier retrace le parcours de cette courageuse dissidente, Razan Zaitouneh. Avocate, cette femme a défendu gratuitement les victimes du régime Hassad : communistes, religieux… Elle a pu rencontrer toutes les strates de la société syrienne, du dissident de gauche, intellectuel de classe aisée, aux jeunes islamistes des quartiers pauvres. Sans relâche, elle a documenté les crimes, les violations commis dans son pays par le régime (disparitions, emprisonnements, tortures).

 

Puis, est arrivée la révolution de 2011. Ce livre nous permet de comprendre ce formidable élan, cette vague de joie et d’espoir (40 ans de dictature…). Razan Zaitouneh entre alors dans la clandestinité et continue d’informer son peuple et le monde sur la réalité syrienne. Elle ira sur les lieux des attaques chimiques, témoignera de l’ignominie du régime qui continue d’exterminer des femmes, des enfants, des vieillards terrés, affamés.

 

A Douma, sous les bombes, en territoire rebelle, sa voix de femme athée déplait. Sa lucidité sur les exactions de chaque camp l’isole chaque jour un peu plus. Elle est enlevée en décembre 2013.

 

Le portrait de cette personne remarquable nous permet d’appréhender, dans toute son ampleur, l’absurde réalité syrienne, et celle de notre monde, qui laisse un dictateur tuer son peuple, ce peuple martyr et digne qui n’oubliera pas…

 

CB.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Rentrer les caractères contenus dans l'image.

Lundi 22Janvier 2018

l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31