Le quatrième mur de Sorj Chalandon

Rentrée littéraire : l’idée folle et poétique de Sam, c’est de jouer l’"Antigone" d’Anouilh à Beyrouth. Il veut offrir deux heures de trêve et y faire participer des acteurs de chaque camp.

Sorj Chalandon, journaliste pour le Canard enchaîné et auteur de 6 romans, a reçu de nombreuses récompenses dont le Grand Prix du Roman de l’Académie Française pour « Retour à Killybegs » en 2011. Il a suivi de nombreux conflits, notamment  celui d’Irlande du nord.

 

Ici, l’histoire se déroule entre Paris et le Liban.

Georges est un jeune militant d’extrême gauche. Il vit  entre idéalisme et militantisme. Marié à Aurore, ils auront ensemble une petite fille Louise. Sa vie se construit petit à petit.

Il rencontre Samuel Akounis, un juif grec, réfugié à Paris après avoir fui la dictature. Entre les deux metteurs en scène, une amitié se crée. Elle sera marquée par le respect et l’admiration.

Quand Sam tombe malade, il demande à Georges de faire jouer l’ « Antigone » d’Anouilh à Beyrouth. Il lui fait promettre d’arracher chacun des acteurs à leur camp pour jouer cette pièce symbole de l’opposition.

Antigone serait palestinienne; Hémon, un Druze du Chouf; Créon, roi de Thèbes et père d'Hémon, un maronite de Gemmayzé. Les chiites en seraient aussi, et les chaldéens, et les Arméniens.

Georges arrive à Beyrouth en février 1982 et se trouve confronté à la réalité. Le Liban est à feu et à sang et les camps se déchirent. Les oppositions entre les acteurs sont difficiles à lever.

Le spectacle de cette guerre va ébranler toutes ses croyances et va le happer. Il prendra, malgrè lui, part à ce conflit, sa vie en sera bouleversée. Blessé au cours de bombardements, confronté aux visions d’horreur, aux massacres, il ne se remettra jamais de cette guerre. Georges perd pied, on assiste à son naufrage.

 

L’auteur place son héros face à la réalité de la guerre afin d’y opposer sa vision idéaliste de militant. On découvre un personnage pourtant engagé qui va découvrir ce qu’est le combat. Les scènes de combat et les personnages qui gravitent autour de Georges nous saisissent par leur dureté. Mais ce qui donne vie au roman, ce sont les références théâtrales. Elles accentuent la réalité dramatique d’un pays qui se déchire. L’auteur redonne vie à la pièce et donne surtout envie de relire cette œuvre.

 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Rentrer les caractères contenus dans l'image.
  • Ebooks à la demande

    Vous voulez savoir où trouvez des e-books, comment les télécharger et les intégrer à votre tablette ou à votre liseuse ?

  • club lecture bibliotheque

    Focus : le rendez-vous découverte

    Nouveautés, coups de coeur, pépites : les bibliothécaires vous font profiter de leurs trouvailles lors d'un moment d'échange en tout

Mardi 20Août 2019

l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31