Le quart d'heure philosophique

La « révolution galiléenne » : la fin du « cosmos » et la naissance de la science moderne

Une conférence-débat animée par Didier Carsin, professeur de philosophie, animateur de l'association populaire de philosophie du Havre, PHILOPOP.

 

La "révolution galiléenne" : la fin du "cosmos" et la naissance de la science moderne

 

Jusqu'au XVIIe siècle, le monde apparaissait aux hommes comme un ensemble clos et ordonné, séparé en deux parties radicalement hétérogènes, le ciel et la terre, celle-ci étant considérée comme son centre immobile.

 

C'est ce «   cosmos   » assignant à chaque être une place et une fonction qui lui est propre, que les travaux de Galilée (1564-1642) mettent fondamentalement en cause. En concevant le mouvement des corps non plus comme un changement d'état relevant d'une tendance interne, mais comme un déplacement géométriquement mesurable engendré par une cause extérieure, Galilée explique désormais le mouvement de tous les corps, quels qu'ils soient, par les mêmes lois de la mécanique. La «   révolution galiléenne   » substitue ainsi à l'idée de cosmos héritée des Anciens (Aristote et Ptolémée), celle d'un univers infini qui n'a désormais plus de centre.

 

Cette révolution n'implique pas seulement une transformation radicale de la science, elle entraîne aussi un bouleversement de la représentation que l'homme a de lui-même  : si la terre n'est plus le centre du monde, si celui-ci n'a plus désormais de centre assignable, peut-on encore affirmer que l'homme est le centre de la «   création   », pour qui toutes choses sont créées   ?

 

C'est enfin, comme nous le verrons aussi, le statut de la science qui est alors mis en question: le savant peut-il revendiquer son autonomie, doit-il continuer à soumettre ses recherches et ses découvertes à l'autorité d'une Église ?

 

Image : © Tryfonov - AdobeStock

Dates et lieux

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Rentrer les caractères contenus dans l'image.
  • Winter CAMPs

    Vous êtes plutôt  e-sport que snowboard ? Plutôt manette que boule de neige ?

  • « Ego »

    Le collectif InstHavre met en image le recueil de poèmes de Christelle Lollier-Guillon.

Lundi 18Novembre 2019

l m m j v s d
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30